Cookies on this website

We use cookies to make our website work properly. We'd also like your consent to use analytics cookies to collect anonymous data such as the number of visitors to the site and most popular pages.

I'm OK with analytics cookies

Don't use analytics cookies

Home / Resources / News / Hongrie : Le gouvernement doit mettre fin aux réformes totalitaires de la constitution

Hongrie : Le gouvernement doit mettre fin aux réformes totalitaires de la constitution

Par István Heged?s et la “Hungarian Europe Society”
Traduction par Julie Jarnoux

Profitant de leur majorité parlementaire, Viktor Orbán et son gouvernement se lance dans une nouvelle série d’amendements, aux airs de coup d’Etat, de la Constitution et souhaite élever au statut constitutionnel certaines lois auparavant  bloquées par la Cour constitutionnelle.
 

 
L’alliance Fidesz-KDNP souhaite introduire pour toujours ses idées anti-démocratiques et contraires aux valeurs européennes et même universelles, qui il n’y a pas si longtemps, elle était pourtant forcée de retirer sous la pression des institutions européennes.  Avec ses mesures, le gouvernement hongrois prive ses citoyens de leurs libertés et met à nouveau à l’épreuve les acteurs internationaux publics et démocratiques qui défendent nos droits.

La définition discriminatoire de la famille, la possibilité d’expulsé les sans-domiciles des lieux publics, la non reconnaissance de certaines églises à cause de leurs éventuelles affiliations politiques, la réduction du cadre de juridiction de la Cour constitutionnelle, l’obligation pour les étudiants d’universités d’état de rester sur le territoire hongrois une fois leurs études terminées, ce qui n’est autre qu’une atteinte brutale à la liberté de circulation des populations, et la réduction de l’égalité des chances entre les différents candidats sont à nouveau suggérés par des projets de lois d’initiative parlementaire. Les amendements prévus et les démarches inacceptables ont à raison entrainé une réponse négative de la part de l’UE et de bien d’autres. Nous ne devrions pas être surpris par l’indignation de l’opinion publique européenne, par le ton extrêmement dur des articles de presse internationaux et par les signes d’alerte et d’inquiétude des plus importants politiciens étrangers. En effet, le gouvernement hongrois  joue avec le feu car la suspension du droit de vote de la Hongrie au Conseil de l’Union européenne  et la retenue des fonds européens ont été clairement et sans ambigüité évoquées comme éventuelles conséquences.

Tous ces projets de lois mener à bien à une vitesse éclair malgré les protestations des forces politiques démocratiques hongroises, des nombreux groupes civiques, des spécialistes et des critiques internationales accentuent la tension politique en Hongrie et isole de plus en plus le pays du reste du monde. Personne ne peut sérieusement croire que les citoyens hongrois aient autorisé le gouvernement hongrois à aller dans cette direction. L’alliance Fidesz-KDNP n’a tirée aucune leçon de ces trois dernières années : l’image du régime politique hongrois rivalise avec celle des pays où la limitation des droits de l’Homme et la violation des droits démocratiques de base servent à sécuriser le pouvoir d’une mince élite. Ne laissons pas l’alliance Fidesz-KDNP user de son pouvoir pour démanteler entièrement l’Etat de droit, afin que l’Europe dénonce à juste titre le manque de démocratie de la Hongrie. Ne laissons pas le Hongrie tourner le dos à L’Europe.
 
Budapest, le 10 mars 2013
 

 
 

This site is registered on wpml.org as a development site. Switch to a production site key to remove this banner.